Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 20:40

 

http://www.images-booknode.com/book_cover/842/delirium,-tome-2---pandemonium-841892-250-400.jpg

 

"Delirium - Livre 2" de Lauren Oliver  (Hachette, Black Moon)

 

[ mOn avis ]

Second tome attendu avec impatience après le coup de coeur que j'avais eu pour le tome 1 de Delirium. On y retrouve Lena, à la fois dans le présent où l'on découvre qu'elle fait partie de la résistance, mais aussi, grâce à des flashbacks, juste après sa fuite. Une double narration qui nous permet de découvrir tout au fur et à mesure... et nous donne envie de tourner les pages encore plus vite ! Forcément, à un moment, on est plus intéressés par l'une ou l'autre des narrations, ce qui rend le tout un peu inégal. Par contre, voir Lena passer de l'autre côté, la voir évoluer, se muer en une nouvelle personne, rend le roman bien plus intéressant.

L'histoire en elle-même maintenant... Comment dire. A la fois j'ai adoré retrouver Lena et la plume de Lauren Oliver, et à la fois je suis un peu déçue. Non par le livre en lui même, j'ai apprécié ma lecture, mais je l'ai trouvé bien plus prévisible que le premier tome (ou alors j'étais vraiment aveuglée lors de ma lecture du tome 1 ?). Cette fin... Cette facilité qu'a choisi Lauren Oliver, je n'en voulais pas. J'ai voulu croire jusqu'au bout qu'elle ne nous ressortirait cette ficelle là et ... loupé ! (t'as vu comment je lutte pour pas te spoiler ?!) Bref, pointe de déception donc, c'est dommage, je m'attendais vraiment à plus de surprises, j'ai dû mettre la barre un peu haut.

 

Evidemment si vous avez lu le premier, je vous conseille la lecture de ce tome 2, que j'ai malgré tout beaucoup apprécié. Lauren Oliver se fait une petite place parmi mes auteurs à suivre. Bien sûr j'ai hâte de lire la suite et de découvrir ce que Lauren Oliver réserve à nos personnages, mais j'aurais préféré qu'elle me surprenne un peu plus que ça ! A suivre donc...

 

[ Les infOs ]

Hachette, Black Moon
16 € / 375 pages


La 4ème de couverture :  Lena a découvert avec Alex ce sentiment interdit qu’est l’amour. Ensemble ils se sont enfuis, déterminés à gagner la Nature pour vivre leur passion. Mais seule Lena est parvenue à franchir la frontière. Sans savoir si Alex est encore vivant. Aujourd’hui Lena a rejoint la résistance. Elle se voit confier une mission qui pourrait bien lui coûter la vie. Mais une nouvelle rencontre vient remettre en question tous ses principes. Se battre pour avoir le droit d’aimer : cela a-t-il vraiment un sens ? 

  

 
[ Vous voulez un autre avis ? ]

Vous avez fait une critique de ce livre ? Vous l'avez lu ?
Laissez un commentaire en donnant votre avis, j'en choisirait un qui sera publié dans cet article.


[ + ]


Une série télé est en cours d'adaptation avec Emma Roberts dans le rôle de Lena... Hâte ? Pas sûre, un peu craintive sur ce qu'ils vont nous faire de tout cela. On a déjà l'adaptation de "La Sélection" qui me fait frémir d'avance, peut-être serait-il bon qu'ils se calment sur les séries de dystopies.
EDIT 03/07/2014: le pilote a été diffusé mais la série a elle été annulée. Et... Je pense que c'est un bon choix. Le pilote ne m'a pas suffisamment convaincu, tout allait beaucoup trop vite (le pilote = le tome 1) et il y avait pas mal de défauts.

Repost 0
Published by Croqueuse2Livres - dans Critiques
commenter cet article
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 23:15

 

 

http://www.viinz.com/wp-content/uploads/2011/11/veuf_fournier.jpg

 

"Veuf" de Jean-Louis Fournier (Stock pour l'édition originale, dispo. au Livre de Poche)

 

[ mOn avis ]

 

Jean-Louis Fournier c'est aussi (et surtout pour beaucoup), Où on va, papa ?, roman dans lequel il raconte son quotidien avec ses deux fils handicapés physiques et mentaux. Je n'ai pas lu Où on va, papa ?, et à dire vrai je n'ai lu aucun autre livre de Jean-Louis Fournier. Celui-ci est mon premier et  mon article portera donc uniquement sur cette voix là, la voix d'un homme qui vient de perdre celle qui a été la femme de sa vie.

C'est un roman paradoxalement rempli de silences, de pages blanches qui laissent à voir ce qui ne se dit pas. Pour cette délicatesse et ce maniement du "blanc", ça m'a rappelé Jacques Roubaud. En mieux cela dit (no offense Jacques Roubaud) car ayant étudié Roubaud pendant mes études, je suis un peu traumatisée par sa poésie. Quelque chose noir est le recueil qu'a écrit Roubaud après la mort de son épouse. Même thématique donc même si les deux auteurs traitent le veuvage d'une manière bien différente.

Jean-Louis Fournier adresse ici une ultime lettre d'amour à son épouse, Sylvie. Par petites touches, il dresse le portrait de la femme aimée, via ces petits détails du quotidien qu'il décrit au fur et à mesure. J'ai eu le sentiment qu'en plus d'une déclaration d'amour posthume, ce livre a servi de thérapie. Il y a une évolution entre le début et la fin de l'ouvrage (ok captain obvious, c'est un peu le principe d'une histoire, D'ACCORD). Le ton change, le rapport au deuil évolue... Je vais encore faire un parallèle avec un autre livre, on m'a dit que j'avais tendance à faire ça, ce n'est pas forcément une critique de dire que tel livre ressemble à un autre livre ;)  Autre que j'avais beaucoup aimé d'ailleurs, c'est Lettre à D. , d'André Gorz. Voilà, jetez un oeil à l'article pour le détail, j'arrête là les comparaisons.

C'est une jolie histoire, pleine de délicatesse et de mots doux à la lecture. Ca respire l'amour et la tendresse à tous les coins de page, ça vous arrache des larmes l'air de rien, pour ensuite vous faire rire à la page suivante. A chaque page, ou presque, une phrase tellement bien tournée qu'on a envie de la noter quelque part tant elle dégage d'émotions. Juste c'est beau en fait. (c'est bien d'avoir fait des études pour sortir des phrases aussi évoluées...) C'est beau parce que c'est une magnifique histoire d'amour, celle de deux personnes qui se sont trouvées. Voilà, ce bouquin a fait ressortir mon côté fleur bleue.

Belle découverte que cette déclaration d'amour posthume teintée à la fois de tristesse et de bienveillance. Une lecture dont on ressort paradoxalement le coeur léger... Presque un coup de coeur.

 

[ Les infOs ]

Stock
15,75 € / 176 pages

(disponible au Livre de Poche pour 5,90€)


La 4ème de couverture : « Je suis veuf, Sylvie est morte le 12 novembre, c’est bien triste, cette année on n’ira pas faire les soldes ensemble. Elle est partie discrètement sur la pointe des pieds, en faisant un entrechat et le bruit que fait le bonheur en partant.» (...)  Jean-Louis Fournier souhaitait mourir le premier, il a perdu. Sa femme partie, il n’a plus personne avec qui parler de lui. Alors pour se consoler, ou pour se venger, en nous parlant d’elle, il nous parle de lui.  

 
[ Vous voulez un autre avis ? ]

Vous avez fait une critique de ce livre ? Vous l'avez lu ?
Laissez un commentaire en donnant votre avis, j'en choisirait un qui sera publié dans cet article.


 

Repost 0
Published by Croqueuse2Livres - dans Critiques
commenter cet article
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 12:40

http://www.livredepoche.com/sites/default/files/styles/cover_book_focus/public/media/imgArticle/LGFLIVREDEPOCHE/2012/9782253162216-T.jpg

 

"Le théorème de Cupidon" d'Agnès Abécassis (Calmann Levy pour l'édition originale, dispo. au Livre de Poche)

 

[ mOn avis ]

 

Et si au lieu de regarder une comédie romantique, vous lisiez "Le Théorème de Cupidon" ?

Le livre se lit très (très) vite, mais c'est aussi parce qu'on a très envie de connaître l'issue de cette histoire et si oui ou non ces 2 lignes parallèles vont finir par entrer en collision. Une jolie histoire avec pas mal de touches d'humour (pour rire tout seul dans les transports en commun, ENCORE) et des personnages attachants, chacun dans leur petite bulle.

C'est aussi une histoire qui ravira ceux qui croient un peu au destin et aux théories selon lesquelles deux personnes sont faites pour se rencontrer.  Un très bon moment de lecture, une lecture qui est... pétillante je dirais, pleine d'éclats, ce qui vu la période ne fait franchement pas du mal. On en ressort le sourire aux lèvres ou à se surprendre à dire des ohhh-c'est-trop-mignon et autres petites banalités du genre, telle la fille de base en adoration devant des histoires romantiques. Damned, ça marche ces trucs là ! Voilà, c'est un petit guilty pleasure, une histoire pleine de trucs trop mignons. Mais pas mièvre, ce n'est pas l'impression qui ressort de tout ça.

Perso une suite m'aurait bien plu, mais a priori ce n'est pas d'actualité....


[ Les infOs ]

Calmann Levy
17,25 € / 240 pages

(disponible au Livre de Poche pour 6,60€)


La 4ème de couverture : Adélaïde est exubérante, directe, rigolote, mais elle fuit les histoires d'amour. Philéas est timide, maladroit, sérieux, et ne pense qu'à conclure. Ils ont le même âge, travaillent tous les deux dans le cinéma, pourtant ils ne se connaissent pas. Enfin, c'est ce qu'ils croient... Entre situations pétillantes et rebondissements irrésistibles, une savoureuse comédie romantique à deux voix, l'une féminine, l'autre qui a mué.

 


[ Vous voulez un autre avis ? ]

Vous avez fait une critique de ce livre ? Vous l'avez lu ?
Laissez un commentaire en donnant votre avis, j'en choisirait un qui sera publié dans cet article.


[ + ]

* Le site officiel d'Agnès Abécassis

* Le premier chapitre dispo sur le site du Livre de Poche

Repost 0
Published by Croqueuse2Livres - dans Critiques
commenter cet article
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 11:00

"La vie d'une autre" de Frédérique Deghelt (Actes Sud pour l'édition originale, dispo. au Livre de Poche)

 

[ mOn avis ]

 

Marie se réveille en ayant oublié les 12 dernières années de sa vie. Voici le point de départ du livre. De là, notre héroïne avance à tâtons dans sa nouvelle vie. Au départ sans rien dire à personne, elle tente de prendre ses marques et de comprendre ce qui a changé. Nous, lecteurs, sommes comme elle, en train de comprendre ce qui se passe maintenant et surtout ce qui s'est passé pour qu'une amnésie la frappe. Elle tente donc de reconstruire sa mémoire par petits bouts. On entre directement dans son histoire et dans sa vie.

L'écriture est déconstruite, tout comme le personnage principal, elle se cherche. On passe de dialogue à récit, au discours rapporté... Un peu perturbant au début, on finit par s'y accoutumer et cela participe du flou dans lequel on est plongés. C'est un livre finalement fascinant, sur cette recherche d'un passé disparu. Tout ce que l'on sait de notre héroïne, c'est ce qu'elle sait aussi le jour où elle se réveille. Au même titre qu'elle, on veut savoir ce qui s'est passé, on apprend au fur et à mesure les modalités de sa vie actuelle... De même, on se rend compte de son évolution, des changements dans son caractère et sa perception des choses. J'ai eu le sentiment non pas de lire une histoire mais de découvrir un témoignage. Poignant, fascinant, ce sont les mots qui me reviennent le plus. Je vous le conseille vivement, c'est une belle découverte. 


[ Les infOs ]

Livre de Poche
6,60 € / 256 pages

(disponible au Livre de Poche pour 6,60€)


La 4ème de couverture : Marie a vingt-cinq ans. Un soir de fête, coup de foudre, nuit d’amour et le lendemain… elle se retrouve douze ans plus tard, mariée, des enfants et plus un seul souvenir de ces années perdues. Cauchemar, angoisse… Elle doit assumer sa grande famille et accepter que l’homme dont elle est amoureuse depuis la veille vive avec elle depuis douze ans et ne se doute pas du trou de mémoire dans lequel elle a été précipitée – car elle a choisi de ne rien dire. Chaque jour confrontée à de nouvelles découvertes, elle arpente ce quotidien oublié et devient l’enquêtrice de la vie d’une autre. Sa propre vie… Un roman plein de suspense sur le temps, les choix, la durée de l’amour.

 


[ Vous voulez un autre avis ? ]

Vous avez fait une critique de ce livre ? Vous l'avez lu ?
Laissez un commentaire en donnant votre avis, j'en choisirait un qui sera publié dans cet article.


[ + ]

* Le film a récemment été adapté au cinéma: "La vie d'une autre" avec Juliette et Binoche et Mathieu Kassovitz.

Repost 0
Published by Croqueuse2Livres - dans Critiques
commenter cet article
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 13:00

http://extranet.editis.com/it-yonixweb/IMAGES/RL/P3/9782221130902.jpg

 

"Night School, tome 1" de C. J. Daugherty (Robert Laffont, collection R)

 

[ mOn avis ]


Une quatrième de couv' plutôt fournie, un livre qui reste mystérieux et nous promet la masse de découvertes... J'avoue que je me suis penchée sur ce livre plus par défaut qu'autre chose. Mais le hasard fait bien les choses puisque ce fut une bonne surprise !

Voilà un livre qui nous balade ! L’auteur passe son temps à nous laisser miroiter des trucs et à entretenir le mystère pour finalement ne rien dévoiler avant un bon bout de temps. Oui c’est extrêmement agaçant. En même temps, c’est ce qui nous pousse à continuer le livre. Donc question lecture, vous tournerez les pages sans vous en rendre compte, ce qui confère déjà un point bonus au livre.

Je me suis surprise à entrer dans l'histoire et à me prendre au jeu, même si clairement je ne pense pas être le coeur de cible de ce genre de bouquins. (mais j'ai testé le bouquin sur une fille de 17 ans qui a complètement adoré) Question grand dénouement, je ne m'attendais pas vraiment à ça... Je crois que je m'attendais à bien pire en fait. Mais je compte sur le tome 2 pour m'en mettre plein la vue.

Ce qui est étonnant, c'est que même si beaucoup ont déjà exploité le filon de la nouvelle école mystérieuse, on entre dans ce nouvel univers sans trop de problème (ou sans trop lever les yeux au ciel, ce qui est un bon indicateur) et on a envie d'en savoir plus. Pari réussi, bonne surprise, hâte de lire le tome 2 pour confirmer mes premières impressions !


[ Les infOs ]

Robert Laffont, collection R
17,90 € / 467 pages


La 4ème de couverture : Tout l’univers d’Allie Sheridan menace de s’effondrer. Elle déteste son lycée. Son grand frère a fugué. Et elle vient de se faire arrêter par la police pour vandalisme. Une fois de plus. C’en est trop pour ses parents qui décident de l’envoyer loin de Londres et de ses mauvaises fréquentations, dans un internat perdu dans la campagne et au règlement quasi militaire. Avec son architecture gothique et son personnel en livrée, l’école privée Cimmeria semble tout droit sortie d’une autre époque. On y travaille dur. Ni les ordinateurs ni les téléphones portables n’y sont autorisés. L’établissement est fréquenté par un curieux mélange de surdoués, de rebelles et de fils de millionnaires. Mais, contre toute attente, Allie s’y plaît. Elle se fait des amis et rencontre Carter, un garçon solitaire et ténébreux, aussi fascinant que difficile à apprivoiser…
Peu après son arrivée, cependant, des événements étranges commencent à se produire : Allie est attaquée dans le parc, des élèves inscrits à la très secrète et très fermée « Night School », dont les activités demeurent un mystère pour qui n’en fait pas partie, rentrent blessés de leurs activités. Pire, le soir du bal, une camarade est assassinée de façon horrible… Allie prend alors conscience qu’il se joue à Cimmeria des choses beaucoup plus obscures que ce qu’on veut bien lui révéler. Ses camarades, ses professeurs, et peut-être même ses parents, lui cachent d’inavouables secrets. Cernée par les mensonges et le danger, Allie devra rapidement choisir à qui se fier.

 


[ Vous voulez un autre avis ? ]

Vous avez fait une critique de ce livre ? Vous l'avez lu ?
Laissez un commentaire en donnant votre avis, j'en choisirait un qui sera publié dans cet article.


[ + ]

* Le tome 2, "L'héritage" est prévu pour début 2013 et Robert Laffont a dévoilé sur la page Facebook de la collection R la couverture de celui-ci... Que je trouve plutôt canon d'ailleurs !


Repost 0
Published by Croqueuse2Livres - dans Critiques
commenter cet article
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 13:00

"La septième vague" de Daniel Glattauer (Grasset, dispo. au Livre de Poche)

 

[ mOn avis ]

Après « Quand souffle le vent du Nord », nous retrouvons Emmi et Léo, quelques mois plus tard, toujours grâce à leurs mails successifs...

Le premier tome avait été un coup de cœur, celui-là demeure pour moi un niveau en dessous. Pas de beaucoup, certes, mais on atteint pas le niveau du premier. Les atermoiements d’Emmi et Léo finissent par me lasser. Cette incapacité à choisir, cet enlisement dans une situation inextricable… Voilà, mes deux personnages chouchous ont fini par m’énerver. Heureusement ce n’est que temporaire bien sûr, et le style de l’auteur ainsi que la personnalité fouillée de ses personnages sont toujours aussi agréables à lire. L’auteur aurait limite dû faire un premier tome plus long ou alors alléger ce second tome. Je pense qu’un second tome était effectivement nécessaire mais qu’il a été mal exploité.

J’ai apprécié ma lecture, vraiment, c’était comme toujours un plaisir de découvrir l’évolution de leur relation et le contenu de leurs échanges, mais une petite pointe de déception gâche un peu ma perception générale.

Si vous avez lu le premier, je vous conseille bien sûr de lire le second, de toute façon il faut connaître la fin de l'histoire de Léo et Emmi ! Et si vous n’avez pas lu le premier, je vous encourage vivement à le faire, cette histoire est un petit bonheur.

[ Les infOs ]

Grasset
18,30 € / 352 pages

(disponible au Livre de Poche pour 6,60€)


La 4ème de couverture : Leo Leike était à Boston en exil, le voici qui revient. Il y fuyait la romance épistolaire qui l'unissait en esprit avec Emmi. Elle reposait sur trois principes : pas de rencontres, pas de chair, pas d'avenir. Faut-il mettre un terme à une histoire d'amour où l'on ne connaît pas le visage de l'autre ? Où l'on rêve de tous les possibles ? Où l'on brûle pour un(e) inconnu(e) ? Où les caresses sont interdites ? "Pourquoi veux-tu me rencontrer ?" demande Léo, inquiet. "Parce que je veux que tu en finisses avec l'idée que je veux en finir" répond Emmi, séductrice. Alors, dans ce roman virtuose qui joue avec les codes de l'amour courtois et les pièges de la communication moderne, la farandole continue, le charme agit.

 


[ Vous voulez un autre avis ? ]

Vous avez fait une critique de ce livre ? Vous l'avez lu ?
Laissez un commentaire en donnant votre avis, j'en choisirait un qui sera publié dans cet article.


[ + ]

* Pour ceux d’entre vous capables de se bouger jusqu’à Paris, le théâtre des Bouffes Parisiens propose une adaptation théâtrale de "Quand souffle le vent du Nord" avec Olivier Marchal et Catherine Marchal dans les rôles titres. Renommé "Rendez-vous au Grand Café", il sera joué à partir du 9 octobre et jusqu’au 16 décembre.

 

Repost 0
Published by Croqueuse2Livres - dans Critiques
commenter cet article
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 15:25

 

 

"Attachement" de Rainbow Rowell (Milady, collection Central Park)

 

[ mOn avis ]


Le premier étonnement vient du fait que le personnage de Lincoln agisse finalement un peu comme un voyeur… Comme le lecteur, me direz-vous. Heureusement, le personnage est suffisamment attachant et agréable pour qu’on le passe de la catégorie « mec bizarre » à « mec sympa » en un rien de temps.

Les personnages secondaires sont tout aussi attachants, à commencer par la bande de geeks qui entoure Lincoln et ajoute un peu de relief à cette histoire. Mais ce qui vaut vraiment le détour, c’est le jeu de « ping –pong » verbal, comme aime à le qualifier Lincoln, entre Jennifer et Beth. Si ce nouveau type de communication est désormais monnaie courante dans les livres, il n’empêche que cela fonctionne. J’aurais aimé que l’auteur s’attarde un peu plus sur la fin et la résolution de l’histoire qui, en comparaison du reste du livre, est un peu light. Via les mails, on découvre la vie de Beth et Jennifer, tandis que Lincoln nous raconte lui, ce qui se passe dans la sienne.

Un peu de chick’ lit’, un peu d’humour, quelques rebondissements, des personnages vraiment attachants…  Parfois prévisible, certes, le livre tient pour autant ses promesses. On a là un petit plaisir de lecture dont on ressort le sourire aux lèvres !  

 

(Critique à lire dans le numéro d'août du Mag' à Lire)

 

[ Les infOs ]

Milady, collection Central Park
7,90 € / 336 pages

La 4ème de couverture : Nous sommes aux débuts de l’Internet et des mails. Lincoln est embauché au service informatique d’un journal pour surveiller les mails des employés et vérifier qu’ils n’enfreignent pas les règles.  Parmi les mails, il suit notamment la conversation de Beth et Jennifer, l’une journaliste et l’autre secrétaire de rédaction. Petit à petit, le jeune homme s’attache aux deux femmes et se met même à guetter leurs échanges pour suivre leurs péripéties. Tiraillé entre sa morale qui le retient de lire leur vie sans s’y être invité et son intérêt grandissant pour leurs mails, Lincoln va pourtant tomber sous le charme de Beth sans l’avoir jamais vue…

 
[ Vous voulez un autre avis ? ]

Vous avez fait une critique de ce livre ? Vous l'avez lu ?
Laissez un commentaire en donnant votre avis, j'en choisirai un qui sera publié dans cet article.

 

Repost 0
Published by Croqueuse2Livres - dans Critiques
commenter cet article
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 14:00

 

http://media.melty.fr/article-917398-ajust_614/quatre-filles-et-un-jean-pour-toujours.jpg 

 

"Quatre filles et un jean... pour toujours" d'Ann Brashares (Gallimard Jeunesse)

 

[ mOn avis ]


Sans conteste, il s’agit ici du tome de la maturité, du passage définitif de nos quatre filles à l’âge adulte. C’est aussi le tome le plus noir et le plus profond de la saga. L’heure des grands questionnements, des choix à faire, l’heure pour les filles de se poser les bonnes questions pour pouvoir avancer. Aussi, quand on s’attendait – comme moi – à un tome sur la même tonalité que les précédents, empreints de cette humanité et de ce sentiment de bonne humeur que procure Ann Brashares depuis un certain nombre d’étés, la chute est rude. Ce roman a été un peu un choc pour moi, parce que je ne m’attendais pas du tout à ce genre d’histoires ou à ce genre de rebondissements. Ca a cassé l’image que j’avais de « Quatre filles et un jean ». Oui, elles ont grandi, oui, leurs vies évoluent et oui on arrive à la fin de l’histoire. Ce n’est pas vraiment question d’avoir aimé ou non, à l’heure actuelle je ne sais toujours pas si j’ai effectivement aimé. La vérité c’est que je ne voulais pas de cette fin pour les filles, donc à choisir, j’aurais préféré que notre histoire s’arrête au quatrième tome. Voilà Ann Brashares, je t’en veux un peu de m’avoir fait ça. Difficile d’en dire plus sans spoiler les grands moments du livre donc je vais arrêter mes lamentations ici !

 

(numéro d'août du Mag' à Lire)

 

[ Les infOs ]

Gallimard Jeunesse
18  € / 400 pages

La 4ème de couverture : Tibby, Lena, Carmen et Bridget ont grandi. La vie les a éloignées. Et, au-delà de la carrière professionnelle et de leur vie amoureuse, chacune sait que quelque chose leur manque... La proximité qu'elles ont toujours connue jusqu'ici. Un beau jour, enfin, Tibby qui vit en Australie leur envoie des billets d'avion pour organiser des retrouvailles en Grèce ! Aucune des quatre amies ne se doute à quel point leur vie en sera bouleversée, à jamais...

 


[ Vous voulez un autre avis ? ]

D'autres avis sont à lire dans le Mag' à Lire d'août !  


 

 

Repost 0
Published by Croqueuse2Livres - dans Critiques
commenter cet article
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 10:12

 

L'amour dure trois ans, Frédéric Beigbeder (Gallimard, collection Folio)

 

[ mOn avis ]


J'ai recommencé, j'ai lu du Beigbeder. Je sais pas ce qui m'a pris.

Beigbeder, c’est un peu comme un mec dont tu sais qu’il va te faire du mal mais que tu reviens voir quand même, parce que t'es un peu maso sur les bords. J’avais déjà lu plusieurs de ses livres qui m’avaient plus laissée perplexe qu’autre chose.  En fait, j’ai toujours l’impression que Beigbeder est dans une logique où il veut qu’on ne l’aime pas, où il se place volontairement en position de martyr pour qu’on soit forcé à réagir vivement face à ses livres. Donc ses bouquins m’énervent, et en même temps j’ai l’impression que c’est ce qu’il attend donc ça m’agace de réagir comme il le souhaiterait. Tu vois le cercle vicieux ?

Le livre est pour moi sauvé par sa fin, sorte de bilan des réflexions égocentrées de l’auteur, synthèse de tout ce qu’il avançait dans l’ouvrage. Sinon, c'est à peu près conforme à tout ce que vous avez pu lire de Beigbeder jusque là: rempli de vérités générales qu'il énonce avec assurance, avec une pseudo-intrigue qui part dans tous les sens, une espèce de snobisme distillée tout au long du livre durant lequel l'auteur donne l'impression de se regarder écrire... Encore une fois, je suis perplexe. Parce que la thématique du livre me plaisait bien et que j'avais un peu l'espoir que cet ouvrage rachèterait l'auteur à mes yeux. Finalement, je crois que Beigbeder est une lecture désespérée pour moi, je vais arrêter.

Le film est plutôt fidèle au livre… et donc m’a rendu tout aussi perplexe. Le seul point positif du film est l’ajout du personnage de la directrice littéraire, qui dit à l’auteur mis en scène tout ce que moi, lectrice, j’aurais brûlé de lui balancer. Là encore, cette autodérision mâtinée d’auto-flagellation de Beigbeder m’agace. Mais au moins c’est un peu plus drôle.

 

[ Les infOs ]

Gallimard , collection Folio
5,70 € / 194 pages

La 4ème de couverture : Au début, tout est beau, même vous. Vous n'en revenez pas d'être aussi amoureux. Pendant un an, la vie n'est qu'une succession de matins ensoleillés, même l'après-midi quand il neige. Vous écrivez des livres là-dessus. Vous vous mariez, le plus vite possible - pourquoi réfléchir quand on est heureux ? La deuxième année, les choses commencent à changer. Vous êtes devenu tendre. Vous faites l'amour de moins en moins souvent et vous croyez que ce n'est pas grave. Vous défendez le mariage devant vos copains célibataires qui ne vous reconnaissent plus. Vous-même, êtes-vous sûr de bien vous reconnaître, quand vous récitez la leçon apprise par coeur, en vous retenant de regarder les demoiselles fraîches qui éclairent la rue ? La troisième année, vous ne vous retenez plus de regarder les demoiselles fraîches qui éclairent la rue. Vous sortez de plus en plus souvent : ça vous donne une excuse pour ne plus parler. Vient bientôt le moment où vous ne pouvez plus supporter votre épouse une seconde de plus, puisque vous êtes tombé amoureux, d'une autre. La troisième année, il y a une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne nouvelle : dégoûtée, votre femme vous quitte. La mauvaise nouvelle : vous commencez un nouveau livre.


[ Vous voulez un autre avis ? ]

Vous avez fait une critique de ce livre ? Vous l'avez lu ?
Laissez un commentaire en donnant votre avis, j'en choisirait un qui sera publié dans cet article.


[ + ]

* Le film "L'amour dure trois ans", adapté par Beigbeder lui-même, avec Louise Bourgoin et Gaspard Proust dans les rôles principaux.

 

Repost 0
Published by Croqueuse2Livres - dans Critiques
commenter cet article
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 09:34

http://extranet.editis.com/it-yonixweb/IMAGES/RL/P3/9782221126820.jpg

 

Kaleb, Myra Eljundir (Robert Laffont, collection R)

 

[ mOn avis ]


Kaleb est  un roman qui vous plonge dans une ambiance particulière. Une ambiance noire, remplie de légendes, d’envies de pouvoir, d’affrontements, d’incompréhension… On navigue dans cet univers comme Kaleb, à tâtons, en cherchant à comprendre et à anticiper l’histoire. Il fait partie de ces livres qui vous plongent dans un nouveau monde et donc vous fascinent.

Si parfois le mal est jubilatoire à lire, ici il est plus dérangeant qu’autre chose parce que le personnage principal n’hésite pas àdépasser ses limites et à nous emmener avec lui  dans sa chute. Ce qui fait le sel du livre, c’est que l’on se demande jusqu’où Kaleb peut aller.  Il est intéressant de voir l’évolution de ce personnage dont on ignore s’il est bon… ou non.

Même si Kaleb domine l’histoire, on a plusieurs points de vue, d’ennemis comme d’amis du jeune homme, ce qui permet d’avoir un récit à relief… Et également de brouiller les pistes en nous donnant plusieurs les avis de plusieurs personnages, tous persuadés de leur bon droit !

Une intrigue – et donc un intérêt – qui montent crescendo jusqu’aux 50 dernières pages, que l’on peine à lâcher. La suite s’annonce passionnante ! Cette « Saison 2 » de Kaleb sera à découvrir en janvier 2013. Pour le moment, s'il y a avait un livre à retenir sur tous ceux parus dans la collection R, je dirais que c'est celui-ci: là on sort des sentiers battus, là on apporte du neuf et du vraiment captivant... Le genre de bouquin qui ne vous laisse pas indifférent mais vous interpelle, positivement ou négativement.

(Concernant le bandeau "âmes sensibles s'abstenir", je dirai que je m'attendai à bien pire en ayant cette mention en tête donc qu'au final, ça devrait passer sauf si jusqu'ici vous n'avez lu que Le Club des babysitters et l'intégrale de Martine.)

 

[ Les infOs ]

Robert Laffont, collection R
18 € / 456 pages

La 4ème de couverture : À 19 ans, Kaleb se découvre empathe : il se connecte à vos émotions pour vous manipuler. Il vous connaît mieux que vous-mêmes. Et cela le rend irrésistible. Terriblement dangereux. Parce qu'on ne peut s'empêcher de l'aimer. À la folie. À la mort.
Sachez que ce qu'il vous fera, il n'en sera pas désolé. Ce don qu'il tient d'une lignée islandaise millénaire le grise. Même traqué comme une bête, il en veut toujours plus. Jusqu'au jour où sa propre puissance le dépasse et où tout bascule... Mais que peut-on contre le volcan qui vient de se réveiller ?


[ Vous voulez un autre avis ? ]

Vous avez fait une critique de ce livre ? Vous l'avez lu ?
Laissez un commentaire en donnant votre avis, j'en choisirait un qui sera publié dans cet article.


[ + ]

* La fiche de Kaleb sur le site de Robert Laffont.


* Le second tome sera à découvrir début 2013, pas d'infos pour le moment sur une couv' ou une éventuelle quatrième de couverture... 

Repost 0
Published by Croqueuse2Livres - dans Critiques
commenter cet article