Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Croqueuse2Livres
  • Croqueuse2Livres
  • : Critique de livres de tous genres (pas mal de jeunesse/young adults), news du monde littéraire et la possibilité de partager vos lectures... bienvenue chez Croqueuse2livres !
  • Contact

Recherche

1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 22:15

 

http://www.decitre.fr/gi/07/9782266198707FS.gif

 

Lexi Smart a la mémoire qui flanche,  Sophie Kinsella (Pocket)

 

[ mOn avis ]


Pas de détours, voici de la chick' lit' pure et dure, du livre pour nanas, jubilatoire à lire, à déguster de préférence l'été. En fait, j'avais hésité entre lire Lexi Smart ou attaquer le dernier tome de l'Accro du shopping (Mini-Accro du Shopping) mais voilà, Becky, l'accro du shopping, elle commençait à  sérieusement me taper sur les nerfs. Donc c'est Lexi qui a gagné (et Lexi coûte trois fois moins cher aussi).

Aucune déception voire même... une bonne surprise ! C'est l'un des meilleurs titres de chick' lit' que j'ai pu lire. L'idée de base est intéressante et rappelle un peu "Je ne sais plus pourquoi je t'aime" de Gabrielle Zevin mais en beaucoup plus léger et humoristique. Lexi est un personnage auquel on peut s'identifier, et à qui l'on s'attache de plus en plus au fil des pages. Elle a perdu tout un pan de sa vie, du coup, c'est intéressant de voir ce qu'on peut faire de sa vie et comment n'importe quel évènement peut en modifier le cours. Ok, je n'irai pas jusqu'à dire que Sophie Kinsella verse dans la philosophie, d'accord. Mais c'est moins superficiel qu'il n'y paraît.

Autre chose, Sophie Kinsella est hyper douée pour enchaîner les rebondissements et pour nous offrir du divertissement. Ca se lit d'une traite, sans souci et on en redemande. C'est un bouquin que l'on prend vraiment beaucoup de plaisir à lire. J'ai même franchement ri à plusieurs surprises, ça mérite d'être noté. A dire vrai, je serais bien restée avec Lexi une centaine de pages de plus sans problèmes.

En somme : de la très bonne chick' lit', drôle, divertissante, parfaite pour se changer les idées. Je vous le conseille vivement !  (et ce même si vous en avez un peu marre des bouquins de ce type genre Accro du shopping).

 

[ Les infos ]


Pocket
  7,40 euros
413 pages

4ème de couv' :

Ce qu'on appelle un trou noir. Le black-out. Trois ans d'existence purement et simplement passés à la trappe. Entre-temps, Lexi la loseuse, dents de travers et poches percées, flanquée d'un boyfriend passablement minable, a fait place à Lexi-les-dents-longues, Wonder woman bien mariée, mal entourée, sapée luxe et manucurée... Où, quand, comment ? Mystère et boule de gomme. Une chose est sûre : sa nouvelle vie ne lui ressemble plus. Remue-méninges en perspective...


[ Vous voulez un autre avis ? ]

Vous avez fait une critique de ce livre ? Vous l'avez lu ?
Laissez un commentaire en donnant votre avis, j'en choisirait un qui sera publié dans cet article.


[ + ]

* Le site officiel français de Sophie Kinsella

 

* Et un peu plus complet tout de même, le site officiel en anglais de Sophie Kinsella

Repost 0
Published by Croqueuse2Livres - dans Critiques
commenter cet article
24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 10:10

 

http://www.scenario-buzz.com/wp-content/uploads/2011/06/viecommence20h10.jpg

La vie commence à 20h10, Thomas Raphaël (Flammarion)

 

[ mOn avis ]


C'est un livre qu'on m'a offert,  c'est vraiment rare que je lise/aime les livres que l'on m'offre donc ça mérite d'être signalé. Et aussi parce que j'ai décidé de me calmer niveau achat de livres vu que les miens prennent trop de place chez moi (véridique) donc que je me voyais condamnée à ne plus avoir de nouvelles lectures toutes fraîches avant un bail et à me contenter de ma PAL. MAIS NON !  Ce livre est arrivé. 

 

Il est un peu comme "Je bosse enfin à la télé" dont j'ai publié la critique il y a peu mais en plus abouti. Et donc en mieux. Le livre est beaucoup moins "girly" que l'on ne pourrait le croire. En lisant la quatrième de couv', je sentais venir la chick' lit' à plein tube et en fait non, même si le type d'histoires rentre parfaitement dans cette case. Le traitement de l'histoire n'a rien d'un Sophie Kinsella. Et c'est tant mieux. Ce n'est sans doute pas étranger au fait que l'auteur soit un mec ( sans vouloir vexer les nanas qui écrivent de la chick' lit'). Parce qu'au fond la thématique du livre, ce n'est pas d'être l'histoire d'une fille, mais celle d'être l'histoire d'une fille qui découvre le monde de la télévision et évolue grâce à cela.

 

Notre héroïne, Sophie Lechat est embauchée comme coordinatrice d'écriture par Joyce Verneuil, productrice de "La vie, la vraie", célèbre feuilleton qui rassemble des millions de gens devant leur télévision chaque soir à 20h10. Bien sûr, toute ressemblance avec des faits existants... blablabla (poke @jonath666). Je vous ai dit que Thomas Raphaël, l'auteur, avait été scénariste pour des fictions télé ? Hum.

 

Donc c'est fictif, mais toi jeune lecteur très malin avec une culture télévisuelle bien riche, tu auras saisi l'allusion. Et c'est aussi ce qui rend le roman très sympa à lire, tous ces petits clins d'oeil  la série "Plus Belle La Vie" (je la cite au cas où tu serais passé à côté) qui rendent le roman criant de vérité. Parce qu'on voit les rouages de la série, ses intrigues, ses acteurs, sa manière de faire... Et décortiquer ce petit monde de la télévision, c'est juste un régal. J'ajoute que je suis un peu allergique à "Plus Belle La Vie" et à ses intrigues vraiment absurdes et que le roman a un peu amélioré ma vision de la série. Un peu. Tout du moins elle a amélioré ma vision des gens qui travaillent sur cette série. Un peu aussi. Tout ça pour dire que même si tu n'aimes pas PBLV, ce n'est pas un obstacle, au contraire.


Si je voulais simplifier (comme les éditeurs adorent le faire en 4ème de couverture), je dirais que "La vie commence à 20h10" est un mélange entre "Je bosse enfin à la télé" et "Le diable s'habille en Prada". En version frenchy et un peu plus sérieuse.

 

J'ai adoré que le personnage de Sophie n'ai rien d'une héroïne girly, qu'elle soit hyper sérieuse, (voire carrément coincée parfois) qu'elle ai des vrais principes, un vrai caractère... Que ce soit un personnage abouti, creusé, travaillé. Qu'on la voit évoluer tout au long du roman, se battre avec ses valeurs, en sortir grandie. J'ai adoré les personnages secondaires, sa nièce Annie qui est surdouée et excellente, son neveu Julien un mec libéré et plus proche des personnages d'un roman de chick' lit' qu'elle. Sa mère qu'on adore détester et Joyce Verneuil qui fait vraiment penser à la Miranda Priestly du roman de Lauren Weisberger en un peu plus humaine. Et Mohamed, le petit jeune qui ne vit que pour "La vie la vraie". Un bouquin qui se dévore et avec du vrai style dedans. Et ça, c'est beau. Donc c'est de la chick' lit' écrite par un mec, de la chick' lit' pas trop girly, donc oui même si tu es un homme, un vrai, tu peux quand même lire ce roman et peut-être même que tu aimeras dis donc.

 

Ah j'ai adoré aussi les touches modernes du roman (mais ça c'est mon petit côté accro au net) : Sophie a un blog, elle utilise Skype avec Annie, Annie qui a un myspace et un compte Twitter, on cause des forums aussi, de l'iPhone, bref tous ces petites choses technologiques. En gros que l'histoire s'insère dans son époque et ne fasse pas comme si le téléphone venait à peine d'être inventé.

 

Pour finir, je dirais que le livre a été lu en moins d'une semaine. C'est un gage de qualité ça non ? Au lieu d'allumer France 3 ce soir, lisez Thomas Raphaël.   

 

[ Les infos ]

Flammarion
  19,90 euros
514 pages (je l'ai déjà dit, mais : ça se lit très vite :) )

Une partie de la 4ème :

15h08. Sophie vient de raccrocher. C'était Joyce Verneuil, sa boss, la productrice de La Vie la  Vraie - le feuilleton télé suivi chaque jour par des millions de Français. Ce soir, un des héros devait mourir. Joyce a changé d'avis. Peu importe si l'épisode est tourné, monté, prêt à diffuser: il faut tout modifier. La mission est impossible. C'est à Sophie qu'elle l'a confiée.

15h09. Sophie se souvient que le comédien a été viré. Personne ne sait où il se trouve... Et le plateau est à Nice. Sophie imagine déjà la colère de Joyce. Elle est tétanisée.

15h10. Cinq heures pour trouver le comédien. Le jeter dans un avion. L'habiller, le maquiller. Écrire entre-temps une nouvelle fin pour l'épisode, rapatrier les images à Paris, refaire le montage... Sophie n'est pas productrice. Elle est thésarde, et future prof de français. C'est du moins ce que croient Marc, son compagnon, et sa mère, directrice d'Université, qui ne pourraient jamais la soupçonner de travailler pour quelque chose d'aussi vulgaire qu'un feuilleton télévisé... Pourquoi ce pacte avec Joyce Verneuil ? Comment s'est-elle retrouvée dans cette double vie ?

15h11. Elle y pensera plus tard. L'épisode commence à 20h10. Il faut foncer...


[ Vous voulez un autre avis ? ]

Vous avez fait une critique de ce livre ? Vous l'avez lu ?
Laissez un commentaire en donnant votre avis, j'en choisirait un qui sera publié dans cet article.


[ + ]

* Le mini-site crée pour le livre : www.laviecommencea20h10.fr et la page Facebook de l'auteur : Thomas Raphaël.

 

* L'illustration de couverture est signée de la célèbre blogueuse Margaux Motin, vraie bonne idée !

 


Repost 0
Published by Croqueuse2Livres - dans Critiques
commenter cet article
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 17:17

 

http://sublimeacide.pagesperso-orange.fr/images/images/livres/la%20plan%E8te%20des%20singes.jpg

 

La planète des singes, Pierre Boulle (Pocket) 


[ mOn avis ]

 

Quand on me demande ce que je lis et que je réponds "La planète des singes", la première réaction des gens (=90% des cas) était "Ah bon, il y a un livre ?". Donc oui, il y a un livre. Ecrit par un petit frenchy, Pierre Boulle, au milieu du 20ème siècle. Il faut croire que l'auteur s'est effacé derrière la légende puisque si La planète des singes est devenu un classique grâce notamment au(x) film(s) sans que son nom y soit forcément associé, c'est aussi le cas pour un autre de ses livres "Le pont de la rivière Kwaï". "Ah bon, il y a un livre ?"

 

Avant tout développement : ce livre est une tuerie. Lisez-le.

Maintenant, j'explique (parce que j'ai bien conscience qu'il faut vous convaincre quand même).

 

Le livre raconte le voyage d'Ulysse Mérou (Ulysse...évidemment) et de ses compagnons sur une planète dirigée par des singes. L'ordre des choses est renversé par rapport à la terre. Et ce livre est le journal de bord du journaliste, toute l'histoire est donc vue à travers ses yeux. Sorte de Tintin de l'espace, qui en profite pour analyser tout ce qu'il voit et agrémenter le tout de détails scientifiques/sociologiques. Du coup, c'est passionnant en terme de théories de l'évolution mais aussi d'analyse de la race humaine et de théories scientifiques. Ca se lit très facilement, Ulysse nous raconte son histoire et on est tenus en haleine d'un bout à l'autre de son récit. Un récit intelligent donc, porté par un style simple à lire mais élaboré.

 

En outre, ça vaut le coup de découvrir le livre qui est à la base de toutes ces adaptations au cinéma et à la télévision...et du fait de voir aussi tout ce qui diffère et toutes les libertés qui ont été prises au cours des ans par rapport au récit de Pierre Boulle. Ce bouquin est un monument de la SF. Et après lecture on comprend son succès.

 

Je pense que c'est quand même plus facile à lire et à imaginer quand on connaît un peu l'univers de La planète des singes plutôt que quand on découvre complètement l'histoire. Cela dit, même si vous la connaissez, vous serez surpris, et ce à plusieurs reprises. Et ça vous donnera envie de découvrir les films par la suite !

 

La fin est... Géniale. C'est souvent la fin d'un bouquin qui change l'avis que je peux avoir sur celui-ci. Et là, jackpot, la fin renforce l'idée que ce livre est une tuerie, que Pierre Boulle est génial, il m'a bluffé.

 

En résumé : c'est vraiment très bon, c'est passionnant, c'est culte... c'est à lire !


 [  Les infOs ]

Pocket

6,20 euros
191 pages

  Quatrième de couverture : « Y a-t-il des êtres humains ailleurs que dans notre galaxie ? C’est la question que se posent le professeur Antelle, Arthur Levain, son second, et le journaliste Ulysse Mérou, lorsque, de leur vaisseau spatial, ils observent le paysage d’une planète proche de Bételgeuse : on y aperçoit des villes, des routes curieusement semblables à celles de notre Terre.

Après s’y être posés, les trois hommes découvrent que la planète est habitée par des singes. Ceux-ci s’emparent d’Ulysse Mérou et se livrent sur lui à des expériences. Il faudra que le journaliste fasse, devant les singes, la preuve de son humanité... ».

 


[
Vous voulez un autre avis ?  ]

 
Vous avez fait une critique de ce livre ? Vous l'avez lu ?
Laissez un commentaire en donnant votre avis, j'en choisirais un qui sera publié dans cet article.


[ +  ]

 

Livre en lien avec l'actu tout de même, avec la sortie ce mois-ci de La planète des singes : les origines. Mais sinon, il y a eu une dizaine de films adaptés (plus ou moins librement), des parodies, des séries télé...

 

    

=> Vous l'avez lu ? Donnez moi votre avis !

 

Repost 0
Published by Croqueuse2Livres - dans Critiques
commenter cet article
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 15:46

http://img.over-blog.com/186x300/3/91/14/12/mai-2011/je-bosse-enfin-c3a0-la-tc3a9lc3a9.jpg 

 

Je bosse enfin à la télé, Charlotte Blum (Archipel) 


[ mOn avis ]

 

  Un peu de comédie à tendance chick' lit' pour cet été (à défaut d'avoir le soleil). Le titre déjà dit tout de l'intrigue et du ton donné dans ce livre qui plaira sans doute plus aux filles qu'aux garçons... Mais c'est divertissant, agréable à lire et parfait pour l'été, sans trop tomber dans des caricatures... Ce bouquin est un peu à l'image d'une bonne série télé de divertissement, avec une héroïne qui a du caractère et de la suite dans les idées. Et puis cette Marion nous ressemble, ses aventures sont plutôt funs et le style est drôle ! Il faut dire que l'auteur a pas mal d'expériences à son actif, qu'elle tient un blog, et qu'elle a pas mal écrit pour les jeunes et sur les stars, ce qui explique sans doute le fait qu'elle soit à l'aise dans ce style...

C'est de la chick' lit' à la française donc dans des lieux et des situations qui sembleront plus familières que les livres de Sophie Kinsella ou Lauren Weisberger qui se passent généralement en Angleterre ou aux Etats-Unis. Si vous êtes un peu familiers du monde de la télé et de la communication en général, ce sera d'autant plus agréable à lire !

C'est de la chick' lit', de la littérature de divertissement pour les filles, n'en attendez pas plus. Mais c'est de la "bonne" chick' lit', je vous le conseille donc :)

 

(on notera quand même les nouveaux moyens pour nous faire acheter des bouquins "best-seller sur iPhone". Hum.)

 

 [  Les infOs ]

Archipel

15,95 euros
200 pages


  Quatrième de couverture : « Marion va enfin réaliser son rêve : travailler à la télé ! Et pas n'importe laquelle : elle a décroché un job chez Teen TV, sa chaîne préférée depuis qu'elle est adolescente. À elle le strass, les paillettes et les stars : sa carrière dans l'audiovisuel est lancée !
Fan de séries télé, accro à Facebook, incapable de se priver d'un McDo tout en se plaignant de son poids, collectionneuse invétérée de chaussures flashy signées Annabel Winship, Marion va devoir trouver sa place dans un open space impitoyable. Pour cette gaffeuse-râleuse plutôt fleur bleue, ce n'est pas gagné d'avance.
Entre un patron feignant, cruel et mythomane, des collègues filiformes qui la complexent, une archiviste qui réinvente chaque jour un peu plus la langue française, et un boulot qui ne ressemble finalement pas à ce qu'elle imaginait, le rêve prend vite des allures de cauchemar.
Heureusement, elle peut compter sur son entourage pour lui remonter le moral à chaque coup dur : son hilarante soeur Canouille, son ami Vincent, sa brochette de super copines et son délicieux cochon d'Inde, Muffin.
Marion saura-t-elle se dépêtrer des situations tordues que lui réserve son nouvel emploi ? Saura-t-elle se préserver de ce milieu de requins et rester la même ? Et surtout, saura-t-elle reconnaître le vrai prince charmant quand il frappera à sa porte ? »


[
Vous voulez un autre avis ?  ]

 
Vous avez fait une critique de ce livre ? Vous l'avez lu ?
Laissez un commentaire en donnant votre avis, j'en choisirais un qui sera publié dans cet article.
 


[ +  ]

  

* La page Facebook de Marion TeenTV

* Le site de Charlotte Blum, l'auteur  


 

=> Vous l'avez lu ? Donnez moi votre avis !

 

 

Repost 0
Published by Croqueuse2Livres - dans Critiques
commenter cet article
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 13:51

 

http://www.librairiepantoute.com/img/couvertures_300/4eo734mb.jpgDSC00255.JPG

 

"Artemis Fowl : Le paradoxe d'Atlantis" (tome 7), Eoin Colfer  (Gallimard Jeunesse) 


[ mOn avis ]


Si vous vous êtes baladés en librairie récemment, vous n'avez pas pu le louper. Le dernier tome  dispo d'Artemis Fowl brille encore plus qu'une boule à facettes. J'ai essayé de le lire au soleil mais j'ai arrêté, j'avais l'impression d'avoir un jouet pour enfants multicolores entre les mains. Passé le choc de la couverture, on retrouve un univers familier avec Artemis et ses plans, Holly qui tente de comprendre le jeune prodige et Foaly et ses remarques sarcastiques.

C'est un tome à la fois plein de réflexion puisqu'il remet en question les méfaits d'Artemis, sa culpabilité, son avenir également, et on le voit qui devient un homme et quitte l'adolescence (si tant est qu'il n'ai jamais été un enfant, ok.) Mais aussi plein d'humour. Mais genre : PLEIN. Foaly bat des records, je sais pas ce qu'Eoin Colfer lui fait manger mais ça lui réussit. Ce tome est à mourir de rire. C'est pas nouveau, je continue de lire dans le train. Et avec ce tome, on chope de vrais fous rires. Le genre de rire qu'on a du mal à arrêter, surtout quand il faut reprendre sa lecture et qu'on retombe sur la même phrase qui vient de vous faire passer pour une idiote devant un wagon entier. J'avais trouvé que la série s'essouflait un  peu au niveau du tome 4/5 mais là pas de doute, le talent d'Eoin Colfer et les personnages qui font de la série un succès sont bien toujours présents., ils ne se sont pas perdus en route. C'est pourtant un tome à part selon moi, qui délaisse un peu le côté action / trouvons de l'or / sauvons le monde qu'on a l'habitude de voir dans la série. On se penche davantage sur la personnalité des personnages principaux, et c'est pas plus mal. Sans compter qu'on s'attache encore plus à eux. Septième tome et donc toujours une réussite, sur tous les plans. Je vous le conseille, bien évidemment, et engage tous ceux qui ne connaissent pas encore la série à l'entamer. Les premiers tomes sont dispos en poche, on peut donc commencer la série sans risquer de se ruiner (parce que oui, 18€ par tome, ça fait cher la série, je sais). Et comme d'hab' à la fin de chaque tome, j'attends le suivant avec impatience !

 

 

 [  Les infOs ]

Gallimard Jeunesse
18 euros
402 pages

  Quatrième de couverture : Pour célébrer dignement ses quinze ans, Artemis Fowl réunit les représentants du peuple des fées : il a un plan pour sauver la planète du réchauffement climatique. Trop gentil pour être vrai, se disent Foaly et Holly Short. Ce qui les inquiète davantage, c’est Artemis. Superstitieux et paranoïaque, leur ami serait-il atteint du complexe d’Atlantis? Et voilà qu’Artemis développe une toute nouvelle
personnalité où l’on peine à reconnaître le jeune criminel et prodige; une vraie catastrophe au moment où des robots surgis de nulle part attaquent la cité d’Atlantis et menacent d’anéantir des milliers de vies. Bientôt rejoints par Butler, Juliet et Mulch, Artemis et ses amis partent affronter les neiges d’Islande, les eaux glaciales de l’Océan, des criminels en fuite et une pieuvre géante…Mais comment vaincre ses ennemis quand il faut déjà se battre contre soi-même ? 


 [ Extraits ]

 

Le premier chapitre à lire sur Calameo : http://bit.ly/lerkcl 


[
Vous voulez un autre avis ?  ]

 
Vous avez fait une critique de ce livre ? Vous l'avez lu ?
Laissez un commentaire en donnant votre avis, j'en choisirais un qui sera publié dans cet article.
 


 [ + ]

* Eoin Colfer a récemment déclaré que le 8ème tome serait le dernier des aventures d'Artemis Fowl... Il n'est pas encore sorti en anglais, n'a pas encore de titre ni de date précise de publication mais on parle actuellement de l'été 2012. Autant dire qu'on a encore un peu de temps avant de le voir débarquer en France.


*  Un film est toujours en préparation. Selon Wiki, ça avance très lentement et on devrait en savoir plus dans les prochains mois !  


 

=> Vous l'avez lu ? Donnez moi votre avis !

 

 

Repost 0
Published by Croqueuse2Livres - dans Critiques
commenter cet article
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 16:11

 

Soie

Soie, Alessandro Baricco (Folio) 

[ mOn avis ]

  Vous avez probablement entendu parler du livre à cause du film... En tout cas, c'est comme ça que moi je me suis arrêtée sur le bouquin. Qui en fait est très court. Mais genre, très, très court. 142 pages précisément, dont certaines contiennent seulement douze lignes, écrit d'une police plus grosse que la normale. Là je me suis demandée comment ils avaient pu faire un film standard (film que je n'ai pas vu d'ailleurs), mais soit. (sans mauvais jeu de mots soit/soie. Bref.)

 

J'ai des copines qui avaient vu le film et me l'avaient conseillé, donc j'étais plutôt partante pour lire le livre. A ce stade, vu comment je tourne autour du pot (teasing à fond), vous vous doutez bien que je n'ai pas été très convaincue...

L'histoire est plutôt belle ok, mais on a vraiment l'impression que l'auteur voulait nous "faire du beau". Je suis restée assez insensible à cet amour qui se développe sans qu'on sache vraiment pourquoi, et ce sur des années. Enfin, ca m'a semblé relativement incohérent et peu crédible (oui je sais "l'amour n'est ni cohérent ni crédible" Hum). Seule la fin a pu m'arracher quelques sentiments. Pourtant, je signale que je pleure en lisant "Quatre filles et un jean" et que "La délicatesse" m'a arraché des "C'est mignon" toutes les trois pages, donc je suis plutôt du genre bon public pour ce genre de choses.

Ah oui et le style : je mets quatre lignes sur une page et je passe à la suivante, ça m'a rappelé certains poètes que je n'aime pas et du coup ça m'a énervé.

A part ça, ça se lit vite, c'est pas compliqué pour deux sous. Ok c'est sympa mais sans plus. Oui ça se lit bien mais pas de quoi casser trois pattes à un canard. Je ne m'explique pas pourquoi j'ai vu autant de critiques mélioratives de ce bouquin alors qu'il ne me laissera pas un souvenir impérissable. Ou alors c'est parce que je venais de lire de très bons bouquins et que celui-ci m'a moins plu. Aucune idée.

 

 [  Les infOs ]

Gallimard (Folio)

5,70 euros
142 pages (écrit gros, la moitié des pages remplies qu'à moitié. Ok j'arrête)

  Quatrième de couverture : «Vers 1860, pour sauver les élevages de vers à soie contaminés par une épidémie, Hervé Joncour entreprend quatre expéditions au Japon pour acheter des oeufs sains.

Entre les monts du Vivarais et le Japon, c'est le choc de deux mondes, une histoire d'amour et de guerre, une alchimie merveilleuse qui tisse le roman de fils impalpables. Des voyages longs et dangereux, des amours impossibles qui se poursuivent sans jamais avoir commencé, des personnages de désirs et de passions, le velours d'une voix, la sacralisation d'un tissu magnifique et sensuel, et la lenteur, la lenteur des saisons et du temps immuable. »


[
Vous voulez un autre avis ?  ]

 
Vous avez fait une critique de ce livre ? Vous l'avez lu ?
Laissez un commentaire en donnant votre avis, j'en choisirais un qui sera publié dans cet article.


  

 

=> Vous l'avez lu ? Donnez moi votre avis !

 

Repost 0
Published by Croqueuse2Livres - dans Critiques
commenter cet article
8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 01:34

 

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/2/5/2/9782070440252.jpg

 

La délicatesse, David Foenkinos (Folio) 

[ mOn avis ]

 

 


  Allons y. David Foenkinos, je pense qu'on en a tous plus ou moins entendu parler. Idem pour "La délicatesse", un roman qui a pas mal fait parler de lui.

 La sortie du poche enfonce le clou avec un bandeau qui annonce que le bouquin en question a remporté pas moins de 10 prix littéraires. Ce sera tout ? Ah non, il a aussi été traduit en une quinzaine de langues. Voilà pour le coup de pression : ce roman dont on sait que plein de gens l'ont aimé, ce qui met la barre plus haut et craint la déception. Voilà, voilà, vous savez ça, on peut y aller.


"Nathalie était plutôt discrète (une sorte de féminité suisse). Elle avait traversé l'adolescence sans heurt, respectant les passages piétons. A vingt ans, elle envisageait l'avenir comme une promesse. Elle aimait rire, elle aimait lire. Deux occupations rarement simultanées puisqu'elle préférait les histoires tristes. L'orientation littéraire n'étant pas assez concrète à son goût, elle avait décidé de poursuivre des études d'économie. Sous ses airs de rêveuse, elle laissait peu de place à l'à-peu-près. Elle restait des heures à observer des courses sur l'évolution du PIB en Estonie, un étrange sourire sur le visage."

 

Je dois dire que cette première page a suffit pour me rassurer et me dire que j'allais apprécier. Et c'est assez rare qu'une première page fasse cet effet là. Ensuite, l'auteur distille ces intrusions, allant même jusqu'à nous mettre des notes de bas de page pour bien préciser sa pensée.

La délicatesse c'est l'histoire d'un coup de foudre, du couple, de la reconstruction, de l'amour. Ok, là ça fait kitsch. Mais en fait pas du tout ! Il y a beaucoup de justesse dans ce roman, justesse dans les mots, les réflexions, les sentences prononcées par l'auteur. C'est un ouvrage tout en équilibre, il n'y a pas de fausses notes, vraiment. Ce ne sont pas les personnages qui portent le roman pour une fois mais bien l'auteur a lui tout seul, avec son style et sa manière de nous présenter les choses. A noter : il nous fait rire aussi. Et ça, c'est vraiment bien. (il m'a fait pleurer aussi mais ça c'est une autre histoire). Il y a vraiment un style dans ce roman, une personnalité qui s'exprime. L'écriture est à part, la quatrième de couverture le prouve déjà, les premières pages le confirment. Parfois, j'y ai senti des notes façon Anna Gavalda. Et d'autres influences aussi mais je n'arrive pas à mettre le doigt dessus, ça va me revenir... Les chapitres alternent avec des commentaires, des définitions du Larousse, des listes, des précisions... Tout ça s'inclut dans le récit. Et le lecteur est embarqué dans le style de Foenkinos, seul maître à bord, qui s'incruste dans l'histoire pour nous sortir quelques commentaires. J'adore.

On ressort de là un peu le sourire aux lèvres, un peu rêveur, un peu plus léger aussi. Et ca se lit à une vitesse ! (deux jours pour moi...) Pas d'hésitation donc, je vous le conseille vivement. C'est un bon remède ce bouquin, je le garde à proximité, je pense que la relecture de certains passages ne sera pas un mal. On n'est pas loin du coup de coeur... Je viens de le finir donc je médite encore là dessus, mais je pense que d'ici une petite semaine je serais convaincue que c'est un vrai coup de coeur.

 

(et non, ce n'est pas un bouquin que pour les nanas, promis :) )

 

 [  Les infOs ]

Gallimard (Folio)

6,20 euros
210 pages

  Quatrième de couverture : «François pensa : si elle commande un déca, je me lève et je m’en vais. C’est la boisson la moins
conviviale qui soit. Un thé, ce n’est guère mieux. On sent qu’on va passer des dimanches après-midi
à regarder la télévision. Ou pire : chez les beaux-parents. Finalement, il se dit qu’un jus, ça serait bien. Oui, un jus, c’est sympathique. C’est convivial et pas trop agressif. On sent la fille douce et équilibrée. Mais quel jus ? Mieux vaut esquiver les grands classiques : évitons la pomme ou l’orange, trop vu. Il faut être un tout petit peu original, sans être toutefois excentrique. La papaye
ou la goyave, ça fait peur. Le jus d’abricot, c’est parfait. Si elle choisit ça, je l’épouse…
- Je vais prendre un jus… Un jus d’abricot, je crois, répondit Nathalie. Il la regarda comme si elle était une effraction de la réalité ».


 [ Extraits ]

 

« Et pour définir l'ampleur d'un ragot, il suffit de calculer la recette des machines à café. Aujourd'hui, elle s'annonçait historique. »

 

"Mais c'est ainsi : on a toujours cinq minutes de retard sur nos conversations amoureuses."


[
Vous voulez un autre avis ?  ]

 
Vous avez fait une critique de ce livre ? Vous l'avez lu ?
Laissez un commentaire en donnant votre avis, j'en choisirais un qui sera publié dans cet article.


 

 [ + ]

 

* Le film est en préparation, avec Audrey Tautou et François Damiens. Pas emballé, je ne vois pas du tout Audrey Tautou dans le rôle. Pour reprendre une phrase de Foenkinos, elle n'a pas une tête de Nathalie...

 

 

=> Vous l'avez lu ? Donnez moi votre avis !

 

 

Repost 0
Published by Croqueuse2Livres - dans Critiques
commenter cet article
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 16:11

http://www.decitre.fr/gi/61/9782070358861FS.gif

 

Lettre à D., André Gorz (Folio) 

[ mOn avis ]

Bon. Je vous préviens, ce livre transporte. Emeut. Fascine. Impressionne.

J’ai découvert le livre tout à fait par hasard et les quelques lignes de 4ème de couverture ont suffit à me convaincre. André Gorz est un journaliste qui a surtout publié de la philosophie. Des romans, beaucoup moins. Lettre à D. est son dernier ouvrage, la patte du philosophe y est toujours bien présente, mais il s’agit surtout d’une histoire d’amour, d’une lettre à celle qui fut la femme de sa vie, Dorine, qu’il a pu nommer précédemment dans ses autres ouvrages sous le pseudo de Kay.

A l’aube de sa vie, il écrit donc cette lettre destinée à son épouse. On sent que c’est une écriture de la maturité, d’un homme qui se retourne vers son passé. Même dans ce qui se veut un roman, Gorz ne peut s’empêcher de théoriser, d’introduire de la philosophie dans son histoire d’amour. Il se raccroche à des théories philosophiques pour expliquer sa passion pour Dorine, tout en étant pleinement conscient de le faire. C’est un ouvrage à lire dans ces deux sens : à la fois histoire d’amour, à la fois théorisation sur leur histoire. On sent aussi qu’il lui coûte d’exprimer ses sentiments de manière brute, sans être aidé par la rationalité de la philosophie. C’est en tout cas comme ça que je l’ai ressenti.

C’est un mea culpa, une reconnaissance de dette envers sa femme, qu’il a décrit négativement dans ses premiers ouvrages. Un hommage indescriptible, une véritable lettre d’amour dans laquelle il rend les armes. S’exprime sa reconnaissance et surtout le duo qu’ils forment tous deux et la vie qu’ils ont mené.

J’ai du mal à dire tout ce que la lecture de ce bouquin vous fait voir d’André Gorz, tout ce qu’il vous fait ressentir. Que dire à part simplement que c’est beau, vraiment beau, la volonté qu’a cette homme d’analyser un amour qui le transporte. C’est juste véritablement beau à lire. Le genre d’histoire qu’on ne voit que dans les romans. La portée de cet ouvrage, c’est que c’est comme une confession, une mise à nu. Tout est vrai, et l’auteur choisit d’exprimer tout ça dans une lettre destinée à sa femme. Je crois qu’on a rarement fait plus romantique. Mon avis est un peu déconstruit parce que la lecture est encore trop frâiche dans ma tête, mais je vous conseille vivement ce livre !

En septembre 2007, un an après la parution de Lettre à D. , André et Dorine Gorz se sont suicidés.

 

 [  Les infOs ]

Gallimard (Folio)

4,60 euros
81 pages

  Quatrième de couverture : "Tu vas avoir quatre-vingt-deux ans. Tu as rapetissé de six centimètres, tu ne pèses que quarante-cinq kilos et tu es toujours belle, gracieuse et désirable. Cela fait cinquante-huit ans que nous vivons ensemble et je t'aime plus que jamais. Je porte de nouveau au creux de ma poitrine un vide dévorant que seule comble la chaleur de ton corps contre le mien. " André Gorz revient avec cinquante ans de recul sur les années décisives de son histoire. Il restait beaucoup à dire. Car ce n'était pas la sienne seulement.


 [ Extraits ]

« A toi dite Kay qui, en me donnant Toi, m’as donné Je. »

« Tu vas avoir quatre-vingt-deux ans. Tu as rapetissé de six centimètres, tu ne pèses que quarante-cinq kilos et tu es toujours belle, gracieuse et désirable. Cela fait cinquante-huit ans que nous vivons ensemble et je t’aime plus que jamais. Je porte de nouveau au creux de ma poitrine un vide dévorant que seule comble la chaleur de ton corps contre le mien. »

« Tu es l’essentiel sans lequel tout le reste, si important qu’il me paraisse tant que tu es là, perd son sens et son importance. »

« Récemment, je suis retombé amoureux de toi une nouvelle fois et je porte de nouveau en moi un vide débordant que ne comble que ton corps serré contre le mien […] Nous aimerions chacun ne pas survivre à la mort de l'autre. Nous nous sommes souvent dit que si, par impossible, nous avions une seconde vie, nous voudrions la passer ensemble. »


[
Vous voulez un autre avis ?  ]

 
Vous avez fait une critique de ce livre ? Vous l'avez lu ?
Laissez un commentaire en donnant votre avis, j'en choisirais un qui sera publié dans cet article.


[ + ]

* Un article de Rue 89 sur la disparition d’André Gorz et de sa femme : http://www.rue89.com/2007/09/24/le-philosophe-andre-gorz-et-sa-femme-unis-jusque-dans-la-mort

 

=> Vous l'avez lu ? Donnez moi votre avis !

 

Repost 0
Published by Croqueuse2Livres - dans Critiques
commenter cet article
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 17:55


http://4.bp.blogspot.com/_q8B2qAQ79qE/TDc4KXK58sI/AAAAAAAAAlE/b3Hwkh9quY8/s1600/les+%C3%A9tranges+soeurs+wilcox+t1.jpg 

 

Les Vampires de Londres, Fabrice Colin (Gallimard Jeunesse) 


[ mOn avis ]

 

Oui je sais, "encore une série sur les vampires". Mais c'est Fabrice Colin quand même ! Et ça ne se passe pas de nos jours, aux Etats-Unis, mais à Londres en 1888. Déjà deux poins positifs qui font que l'on s'intéresse au bouquin. Le petit jeu de mot en quatrième de couv' a fini de m'achever, pour un bouquin qui parle de deux soeurs et de vampires : "Et si rien n'était plus fort que les liens du sang ?". Ok, je marche.

 

Amber et Luna sont des personnages assez étranges, et assez fascinants. Il s'agit de deux soeurs, que l'on suppose très proches dès le départ. Elles ne sont pas jumelles mais franchement, on se demande parfois si ce n'est pas le cas. Elles forment un duo intéressant, et je pense que leur relation va s'approfondir dans les tomes suivants, je me demande même si leur façon d'être ne va pas s'inverser à terme...


On rencontre dans l'ouvrage pas mal de références à une culture populaire, citons par exemple Jack l'éventreur, Sherlock Holmes ou encore Abraham Stoker. Des clins d'oeil à la littérature et au Londres du 19ème siècle qui sont très appréciables pendant la lecture. A contrario, il y a pas mal de personnages qui sont cités et je finissais par ne plus bien savoir qui était qui. Ou alors je n'étais pas suffisamment concentrée dans ma lecture... Mais les scènes finales m'ont un peu perturbé, je voyais pas de qui on parlait (ce qui est un poil embêtant pour une scène finale, notamment pour bien la visualiser les actions).

 

Les vampires... En fait, il ne s'agit pas du thème principal de l'ouvrage, ni d'une simple transformation. Le thème principal, c'est le fantastique dans le Londres du 19ème siècle, l'imaginaire populaire, les légendes urbaines, tout se rejoint dans le livre de Fabrice Colin.

 

J'ai bien aimé mais sans être non plus totalement convaincue. Il y a une ambiance dans ce livre qui me plaît vraiment, mais plusieurs fois j'ai été un peu perdue parmi les personnages ou la logique des évènements et ça m'a gêné. Je pense que je lirais le second tome parce que la série mérite qu'on s'y attarde. Et il y a encore pas mal de mystères qui demeurent, tout n'est pas résolu dans ce premier tome. Ce qui est vraiment bien, parce que c'est une série, et il n'aurait pas fallu que ce soit comme des chroniques, dans lesquelles le premier tome n'est qu'une première histoire. C'est apparemment un fil rouge, donc j'espère que la suite saura me séduire davantage.


[ Les infOs ]

Gallimard Jeunesse
13,50  euros
283 pages

 

Quatrième de couverture : Londres 1888. Qui sont ces deux orphelines qui s'aventurent la nuit dans les rues mal famées ? Ignorent-elles qu'on peut y rencontrer Jack l'Eventreur ? Que des créatures plus terrifiantes encore, goules et vampires s'y livrent une lutte sans merci ? Mais Amber et Luna Wilcox ne sont pas des jeunes filles comme les autres. Sous leur frêle apparence se cache un terrible secret. C'est pour cela qu'elles ont été choisies. Par qui ? Impossible d'en dire plus. Sinon que la survie de l'empire britannique repose désormais sur les très étrangers soeurs Wilcox...

 

 

 
[
Vous voulez un autre avis ? ]

L'avis de Vladkergan


[
+ ]

* Les étranges soeurs Wilcox, les tomes :


1. Les vampires de Londres

2. L'ombre de Dracula

3. Les masques de sang (parution le 2 janvier 2011)


* Le blog de Fabrice Colin : http://fabrice-colin.over-blog.com

 

 

 

=> Vous l'avez lu ? Donnez moi votre avis !

Repost 0
Published by Croqueuse2Livres - dans Critiques
commenter cet article
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 19:04

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/7/1/2/9782846262217.jpg 

 

[ mOn avis ]

 

Jpod en quelques mots, c'est une plongée dans le monde des geeks. A coup de pages entières de codage, de référence aux séries et aux personnages (réels ou non) qui peuplent l'univers de ces accros à l'informatique, un tantinet associables et un chouïa...tarés.

 

On s'inscruste dans le bureau d'une boîte qui crée des jeux vidéos, rempli de geeks aux manies étranges, chacun ayant une personnalité bien..particulière. L'élément perturbateur de ce microcosme, c'est l'arrivée d'une jolie blondinette dans le bureau.

Je l'ai lu cet été donc mes souvenirs de lecture ne sont pas aussi frais que pour d'autres. Je peux cependant vous dire que j'en garde un très bon souvenir. C'est drôle, c'est divertissant à souhait, ç apart dans tous les sens (tant en terme d'intrigues que visuellement avec des pages de codes, des pages vides, des séries de nombres premiers...) et ça se lit franchement avec plaisir. C'est un pavé quand même, le bouquin fait plus de 500 pages. Mais l'intrigue n'étant pas celle d'un polar, on peut aisément faire la lecture sur le long terme.

Les personnages sont comme livre tout entier : complètement barrés. J'ai rarement vu des personnalités aussi étranges, chacun ayant ses petites particularités sordides. La mère du héros, Ethan, remporte la palme je pense. Du coup c'est une lecture étonnante et jubilatoire, que bien évidemment je vous conseille.

Douglas Coupland se cite également dans le livre et s'insère en tant que personnage de son histoire. Là où cela aurait pu m'énerver, ça passe en fait de manière assez naturelle étant donné qu'il se tourne en dérision. Une manoeuvre littéraire réussie !

Je finirais en disant qu'il vous faut quand même un minimum de "culture geek" pour saisir toutes les références du roman. Sans ça, on passe à côté de beaucoup de choses, voire, on est complètement largués. Je rapproche l'univers de Jpod de celui de The Big Bang Theory, série géniale soit dit en passant. Donc si vous aimez l'un, vous aimerez probablement l'autre. 

 

[ Les infOs ]

Au Diable Vauvert
22  euros
521 pages

 

Mon résumé : Ethan travaille en tant que concepteur de jeux vidéos pour une entreprise canadienne. Avec les autres geeks de la boîte, ils sont relégués au sous sol de l'entreprise. L'objectif : créer un jeu de skateboard trash sous la houlette d'un patron aux idées farfelues. Débarque Kathleen, blondinette d'apparence normale qui ne sait pas vraiment où elle est tombée.

Et je cite la quatrième de couverture qui va finir de vous achever : "Un univers amoral et échevelé où la culture de marijuana, le trafic de clandestins, la danse de salon et l'essor de la Chine font et défont le quotidien dysfonctionnel d'Ethan."

 

 
[
Vous voulez un autre avis ? ]

Vous avez fait une critique de ce livre ? Vous l'avez lu ?
Laissez un commentaire en donnant votre avis, j'en choisirait un qui sera publié dans cet article.


[
+ ]

* J'ai vu qu'ils avaient tenté une série télé adaptée du roman Jpod mais elle a été arrêtée en cours de route avec seulement 13 épisodes au compteur.

Pour une bonne série sur les geeks, je vous renvoie donc encore une fois à The Big Bang Theory :)


* Ce qui semble être le site officiel du livre, tout à fait à l'image de l'univers de Jpod, décalé, un peu tordu, pas très clair : www.jpod.info


 

 

=> Vous l'avez lu ? Donnez moi votre avis !

Repost 0
Published by Croqueuse2Livres - dans Critiques
commenter cet article